Les pratiques intravitréennes en ophtalmologie

ophtalmologie

La technique de l’injection intravitréenne est de plus en plus utilisée aujourd’hui pour de nombreux médicaments. Elle est particulièrement exploitée dans le domaine des maladies rétiniennes.

Les pratiques intravitréennes en quelques mots

Les pratiques intravitréennes sont largement développées au sein du Centre Ophtalmologique de la Colline. Il s’agit d’injecter les médicaments directement dans l’œil. Généralement, la voie d’administration classique utilisée est la voie orale. La technique intravitréenne quant à elle va emporter de nombreux avantages, dont principalement, l’efficacité et la diminution des effets indésirables.

Les injections intravitréennes peuvent remédier à de nombreux problèmes oculaires. Mais elles se veulent particulièrement efficaces contre la DMLA ou dégénérescence maculaire liée à l’âge. Il faut savoir que si les maladies oculaires ne sont pas soignées à temps, la vision va se mettre à se détériorer au fil du temps. Normalement, on procède à plusieurs séances d’injections intravitréennes pour traiter une maladie. Chaque séance doit être espacée d’au moins un mois.

L’efficacité des pratiques intravitréennes

Une injection directe va permettre bien entendu d’optimiser et d’accélérer l’efficacité du traitement. Dès la première injection, vous allez assister à une élimination progressive de la maladie, jusqu’à ce que celle-ci disparaisse. Par la suite, le patient va pouvoir récupérer sa faculté visuelle et stabiliser ce nouvel état.

À l’issue du traitement, il n’y a aucune douleur post-opératoire. À la rigueur, après chaque intervention, la vision est tachée. C’est le produit injecté qui va faire des tâches dans votre champ visuel. Mais ces petits troubles ne vont pas durer plus de quelques jours. Il se peut qu’une légère hémorragie conjonctivale apparaisse, mais celle-ci disparaitra également au fil de quelques jours.

Après les injections, votre médecin va vous prescrire des antibiotiques pour éviter les infections.

Le déroulement des pratiques intravitréennes

Le patient est préparé de la même façon que durant une opération : il portera une combinaison, des chaussons et un bonnet. Il sera ensuite installé dans un bloc opératoire. Le patient est placé sous anesthésie locale, à l’aide de collyre. On applique cette anesthésie au niveau de l’œil et des paupières.

Il faut que l’œil reste ouvert. Ainsi, le médecin va utiliser un instrument pour écarter les paupières. Il suffit de quelques secondes pour réaliser les injections intravitréennes. Il s’agit d’introduire une fine aiguille à travers la sclère ou blanc d’œil, c’est cette aiguille qui apporte les médicaments. Durant les injections, le patient reste conscient et peut communiquer avec le médecin.

Il arrive dans de très rares cas que la pression soit beaucoup trop forte à l’intérieur de l’œil. Si jamais c’est le cas, il se forme un voile noir. Si le problème se pose, le patient doit immédiatement en avertir l’ophtalmologue en pleine injection. Il suffit de ponctionner pour éliminer le surplus de liquide et stopper la pression.

Il arrive également que le patient ressente une certaine douleur après ses injections intravitréennes. Il est important dans ce cas de revenir immédiatement en consultation, car il se peut qu’il y ait eu érosion de la cornée.

Dans 90 % des cas, les pratiques intravitréennes ne posent aucun problème.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *